CALYDIAL

L’Hémodialyse à Calydial

Définition

 

L’hémodialyse est le traitement extracorporel du sang à l’aide d’un rein artificiel. Elle consiste en un échange entre le sang du patient et une solution voisine du plasma. Elle a pour but la suppléance des fonctions d’excrétion et de régulation hydro électrolytique de l’organisme.
La technique de l’hémodialyse est devenue très performante avec des membranes de plus en plus efficaces et « biocompatibles ».
Les appareils règlent la fabrication du dialysat et le déroulement de la séance d’une manière automatique, grâce à des programmes informatiques toujours plus adaptés et parfaitement sécurisés.

Mais il y a deux impératifs incontournables :

Il faut pouvoir avoir accès au sang très régulièrement et avec un débit suffisant.
Pour cela, il faut créer sur le bras une « fistule artério-veineuse » (FAV) : le principe consiste à mettre une veine au contact d’une artère, ce qui va la faire se dilater et la rendre plus solide. Cela nécessite une petite opération qui permettra à la veine d’être piquée facilement. En cas d’impossibilité de réalisation ou d’urgence, l’équipe néphrologique proposera la mise en place d’une voie centrale ou d’un cathéter. Ce montage facilite le traitement et limite le risque d’infection.
Il n’est utilisable que quelques semaines après sa réalisation.

Entre les séances, il faut respecter certains conseils alimentaires (notamment limiter les apports en sel, boisson, potassium), et prendre des médicaments.



Comment ça fonctionne ?

 

    • Pendant la séance de dialyse, le sang du malade est mis en contact avec une solution appelée dialysat, composée d’eau et de différents minéraux de concentrations connues, au travers d’une membrane semi-perméable.

    • Ce contact est réalisé grâce à une structure appelée dialyseur.

    • Le sang traverse un compartiment dans un sens et le dialysat circule dans un autre compartiment, en sens inverse, ce qui permet d’obtenir un gradient de concentration maximum.

    • Pour accéder à un débit sanguin suffisant, on utilise l’abord vasculaire (fistule ou cathéter).

  •  

    Hémodialyse

 

L’Hémodialyse nécessite donc 3 éléments :

Le dialyseur ou rein artificiel dans lequel il y a la membrane de dialyse sous forme de fibres creuses.

  • Dans le dialyseur, le circuit sang et le dialysat sont séparés par la membrane.

  • En hémodialyse, la membrane est une membrane artificielle, synthétique.

  • Elle se présente sous forme de fibres capillaires, le sang circulant à l’intérieur de la fibre, le dialysat à l’extérieur (il n’y a pas de contact direct entre le sang et le dialysat).

  • Les fibres capillaires sont réunies dans un dispositif appelé dialyseur qui comporte donc une entrée et une sortie pour le sang et une entrée et une sortie pour le dialysat.

  • Au sein du dialyseur, la circulation du sang et du dialysat se fait à contre sens, ce qui optimise les échanges.

  • Le dialyseur est alimenté en permanence en dialysat propre.

Le circuit sang : il comporte un circuit extracorporel qui amène le sang dans le dialyseur  et un tuyau qui ramène le sang à la fistule.

  • Ces tuyaux sont reliés à des aiguilles qui sont piquées dans la fistule en début de séance.

  • Pendant la séance, le patient reçoit un traitement pour fluidifier son sang et éviter qu’il ne coagule dans le circuit (héparine qui est injectée dans le circuit).

  • En cas de contre-indication à l’héparine, des alternatives sont désormais proposées.

  • Il enrichit le sang en calcium.

Le dialysat: c’est un liquide qui a une composition proche du plasma et qui est fabriqué par le générateur de dialyse.

  • Il va circuler dans le compartiment externe du dialyseur et va se charger petit à petit de l’urée, du phosphore, de la créatinine…

  • Actuellement le dialysat est fabriqué juste avant la dialyse à partir de concentré liquide et d’eau pure voire ultrapure autorisant l’injection.

  • Le dialysat concentré est dilué par le générateur de dialyse et mélangé avec une solution de bicarbonate obtenue également avant la dialyse à partir d’une poudre ou de bicarbonate liquide concentré. Il est donc possible d’ajuster la teneur en bicarbonate du dialysat et la teneur en sodium.

  • La machine permet aussi de régler son débit, sa température et elle contrôle la quantité d’eau que le patient doit perdre (ultrafiltration).


Le générateur d’hémodialyse

 

  • Les générateurs sont les machines qui rendent possible la séance de dialyse.
    Ce sont des dispositifs complexes et couteux (plus d’une dizaine de millier d’euros) qui assurent simultanément :

    • la production du dialysat et son ajustement à la prescription médicale,

    • la circulation du dialysat à travers le dialyseur,

    • la circulation du sang dans le circuit extracorporel,

    • le maintien de l’ensemble du circuit à la température du corps du patient,

    • le contrôle en continu de la composition du dialysat, de la quantité de liquide retirée au patient et la sécurité de la circulation sanguine.


  •  

    Le générateur d'hémodialyse



Qu’est-ce qu’une Fistule Artério-Veineuse (F.A.V) ?

 

C’est l’abouchement ou anastomose d’une artère à une veine superficielle.

  • Sous la pression sanguine plus importante de l’artère, la veine va se dilater. Il en résulte un débit sanguin élevé dans la veine qui va se développer, devenir palpable et visible.
  • Un frémissement sera perçu à la palpation (Thrill) et un souffle à l’auscultation. Elle peut se situer au poignet, au bras ou exceptionnellement à la cuisse.
  • Une fistule a souvent une grande durée de vie, sa confection est assez facile et nécessite une anesthésie locale ou locorégionale pratiquée par un chirurgien spécialisé. Avant de pouvoir la piquer, il faut attendre une période d’un mois environ pour permettre une bonne dilatation de la veine.

  • Vous devez prévoir pour chaque dialyse un vêtement réservé à cet effet et adapté (manches courtes pouvant remonter jusqu’aux épaules).
  • Juste avant la ponction, vous effectuerez un lavage soigneux des mains et des bras avec de l’eau et du savon puis un rinçage et un séchage (un lavabo est prévu à cet effet à l’entrée de la salle), ainsi qu’une utilisation régulière du GHA (Gel Hydro-Alcoolique) ceci pour éviter tout risque d’infection lors de la ponction qui sera pratiquée avec une asepsie rigoureuse.
  • La ponction consiste en l’introduction de deux aiguilles, la première dite « artérielle » qui sera piquée près de l’anastomose et qui amènera le sang vers le dialyseur pour y être filtré, et la deuxième plus haut dite «veineuse» qui réinjectera le sang filtré dans la circulation du patient.
  • Ces deux aiguilles seront maintenues pendant toute la séance par des sparadraps stériles puis retirées à la fin. Une compression de quelques minutes est ensuite nécessaire.


  • Vous devez surveiller quotidiennement votre fistule à l’occasion de la douche ou du bain, il vous faut contrôler le thrill, les points de ponction, vous ne devez porter ni montre ni bracelet ni vêtement trop serrés, votre bras doit rester d’une propreté méticuleuse. Lors de travaux sales ou exposant votre fistule à des risques de blessure, vous devez la protéger à l’aide de manches longues puis la nettoyer au savon.
  • En cas de doute à la palpation (thrill plus faible ou absent), de douleur, de rougeur, de chaleur de votre fistule ou d’anciens points de ponction mal cicatrisés (rougeur, croûtes épaisses …), vous ne devez pas hésiter à téléphoner à l’unité où vous dialysez pour demander conseil. La mesure de la tension artérielle ne doit en aucun cas être pratiquée sur ce bras.
  • Si malgré toutes les précautions prises, votre F.A.V. posait un problème, l’hémodialyse pourra toujours se pratiquer de façon transitoire à l’aide d’un cathéter jugulaire posé par un médecin.


Après la séance d’hémodialyse, les pansements sont maintenus quelques heures puis retirés et le bras est nettoyé à l’eau savonneuse.
En cas d’hémorragie, ce qui est rare, il est nécessaire de comprimer plusieurs minutes à l’aide de compresses stériles le point de ponction jusqu’à l’arrêt du saignement. ?

Si l’hémorragie perdure :
Téléphoner au 04 28 87 38 16 – Dialyse Vienne
Ou Astreinte 24h/24H  au 04 78 73 30 06

 

Calydial vous propose une nouvelle thérapeutique. Fleurs de bach, hypnose, ostéopathie, Toucher-massage vous sont proposés pour plus de bien être lors de la dialyse.

le saviez vous - medecine douce BAT

 

 

 

 

 

 

Pour télécharger notre affiche, cliquez sur le lien le saviez vous – medecine douce BAT

Pour consulter, notre article du calynew’s patient sur nos méthodes alternatives, cliquez sur le lien suivant : calynew’s patient – medecine douce 

 

NB : Compte-tenu du caractère hautement technique de l’Hémodialyse, les visites aux patients en cours de séance ne sont que très rarement autorisées sauf sur demande express de l’équipe soignante de CALYDIAL dans des cas particuliers requérant la présence d’un proche.